CHATEAUNEUF DU PAPE DOMAINE DE LA JANASSE VIEILLES VIGNES - 2015

  • Description
  • En savoir plus
RHONE SUD - AOC - CHATEAUNEUF DU PAPE - ROUGE
VIEILLES VIGNES Situation : Cette cuvée est issue de quatre parcelles situées sur des terroirs différents qui se complètent dans l’assemblage (un terroir «sudiste» composé de galets roulés qui apporte gras et puissance ; un terroir situé sur le même lieu que Chaupin pour la fraîcheur et l’acidité ; un terroir d’argiles rouges recouvertes de galets roulés mais très tardif car situé au nord de l’appellation, qui amène de la structure et du corps; et enfin un coteau sablo-calcaire qui donne la finesse). Superficie : 6 ha. Cépages : 64% Grenache, 20% Mourvèdre, 10% Syrah, 6% divers. Années de plantation: 40% 1920, 40% 1965, 10% 1976, 10% 1993. Vignoble : Les vignes sont cultivées sans pesticide ni insecticide et la fumure est d’origine naturelle. La terre est travaillée sans désherbant pour maintenir l’aération et la souplesse du sol. Rendement : 28 hl/ha. Vinification : Éraflage à 80%. Macération pendant 28 jours avec pigeage quotidien manuel. Élevage : 75% en foudres et 25% en demi-muids (600 litres). Dégustation : La cuvée-phare du domaine, toujours au plus haut dans les classements internationaux. La robe est sombre avec des reflets pourpres. Au nez, les effluves encore discrets de fruits noirs écrasés et de garrigue ne demandent qu’à se fondre dans une matière noble et fraîche. À garder au moins dix ans avant de déguster sur un civet de lièvre à la Royale. 2015, un millésime généreux Marqué par plusieurs épisodes de fortes chaleurs et quelques orages arrivés à point nommé, le millésime 2015 à Châteauneuf-du-Pape peut être qualifié de généreux: généreux en couleur, en structure et en maturité. Mais généreux aussi en quantité, ce qui est somme toute assez rare dans une appellation connue pour la faiblesse de ses rendements. À un printemps plutôt habituel en terme de pluviométrie (170 mm), succéda un été sec et chaud, avec des températures qui ont plusieurs fois dépassé les 37°C. De la mi-juin à la mi-août, le cumul des précipitations s’est élevé à moins de 60 mm, ce qui est peu au regard de l’insolation qui a atteint 1941 h d’avril à septembre. Ces conditions météorologiques ont favorisé une maturité homogène des baies, les orages de la mi-septembre n’ayant en rien affecté la qualité pressentie du millésime. Les premières grappes de raisins blancs ont été coupées fin août et les derniers mourvèdres seulement à la mi-octobre. Si les vendanges se sont étalées sur de longues semaines, il n’en fut pas de même avec les fermentations qui se sont déroulées sereinement, donnant naissance à des vins riches, très équilibrés et dotés d’une belle complexité. Source : Domaine de la Janasse